Pollution due aux activités terrestres

1. 80 % de la pollution marine provient de sources terrestres.

2. Dans beaucoup de pays en voie de développement, 90 % des eaux usées et 70 % des déchets d’origine industrielle sont rejetés sans subir le moindre traitement.

3. 6,5 millions de tonnes d’ordures sont rejetés dans l’Océan mondial chaque année. 50 % de ces déchets sont en plastique à longue durée de vie, et dériveront pendant des centaines d’années avant de se dégrader.

4. Plus de 100 000 substances chimiques sont produites à des fins commerciales. Elles sont une menace pour l’Océan durant leur transport ou en cas d’accident. Elles peuvent aussi être dispersées dans l’atmosphère, les sols ou l’eau, et rejoindre l’océan.

5. En 2001, 77 “blooms d’algues” (prolifération brutale d’algues toxiques) ont affecté 15 000 km² dans les mers au large de la Chine. De larges phénomènes d’eutrophisation (prolifération d’algues liée un important apport de fertilisants) ont également touché des estuaires et des zones côtières aux Philippines et en Thaïlande.

6. Aux Etats-Unis, les rejets d’azote et de phosphore ont augmenté, ce qui cause l’eutrophisation, le développement d’algues toxiques, l’apparition de « zones mortes » (c’est-à-dire dépourvues d’oxygène) dans l’Océan, la destruction des récifs coralliens et des herbiers sous-marins.

7. Il y a 200 «zones mortes», c’est à dire privées d’oxygène et dépourvues de vie (aire comprise entre 1 et 70 000 km2) dans l’Océan mondial : ce chiffre a doublé chaque décennie depuis 1960.

Sources

N°1; 2: World Summit on Sustainable Development 2002 – A Guide to Oceans, Coasts and Islands
N°3: Marine litter – an analytical overview – UNEP 2005
N°4: GESAMP(Group of Experts on Scientific Aspects of Marine Environmental Protection) Report 70 – A sea of trouble, 2001
N°5; 6: UNEP/GPA 2006 –The State of the Marine Environment – Trends and processes
N°7: MSNBC.com

Pollutions dues aux activités en mer: transport, pêche, extraction off-shore de gaz et de pétrole…

8. 90 % des marchandises du commerce international circulent par voie maritime.

9. Il y a 6 000 plateformes pétrolières et gazières en fonction à travers le monde qui fournissent environ 25 à 30 % des besoins mondiaux en énergie

10. Plus de 50 % des marchandises emballées et des cargaisons encombrantes qui sont transportées par voie maritime sont considérées comme présentant un risque sur le plan de la sécurité ou pour l’environnement selon les critères établis par l’Organisation Maritime Internationale (OMI).

11. Environ 70 % des déchets rejetés dans les océans s’accumulent sur les fonds marins (à faible profondeur le long des côtes, mais aussi dans les grands fonds). 15 % échouent sur les plages et 15 % flottent à la surface.

12.A chaque instant, 12 milliards de tonnes d’eau de ballast contenant 3 000 espèces marines sont transportées à travers le monde. Ces espèces peuvent être distribuées loin de leurs eaux d’origine et sont dites alors étrangères ou invasives.

13. La mer Baltique est connue pour abriter une centaine d’espèces aquatiques qui ne sont pas originaires de ces eaux.

Sources

N°8; 9; 12: World Summit on Sustainable Development 2002 – A Guide to Oceans, Coasts and Islands
N° 10: UN Ocean Atlas
N°11: UNEP/GPA 2006 –The State of the Marine Environment – Trends and processes
N° 13: Europe Environmental Agency – Europe’s biodiversity – The Baltic Sea – 2002 –

Conséquences de la pollution océanique

14. La santé de l’Homme souffre de la pollution des eaux côtières : 250 millions de cas cliniques sont provoqués chaque année par des baignades en eaux contaminées (gastroentérite + problèmes respiratoires).

15. Sur 20 adultes se baignant dans une eau officiellement déclarée “acceptable” (selon les normes en vigueur), un deviendra malade suite à cette unique baignade.

16. La consommation de fruits de mer contaminés provoque 50 000 à 100 000 décès chaque année.

17. Les POP (Polluants Organiques Persistants) sont présents tout au long de la chaîne alimentaire (crustacés, coquillages, poissons, mammifères marins). Beaucoup de poissons, qui sont la source de nourriture principale de nombreuses populations autochtones du nord du Canada, sont contaminés par ces substances. De fortes concentrations en polluants ont été mises en évidence dans le lait maternel des femmes. Dans l’est du Groenland, 100 % de la population a un degré de contamination sanguine alarmant.

18. Le coût financier annuel global engendré par la pollution des eaux côtières est de 16 milliards de dollars, dont la plupart concernent les impacts sur la santé de l’Homme.

19. Chaque année dans le monde, 100 000 mammifères marins et tortues sont tués à cause des déchets plastiques. Selon les estimations, 267 espèces marines sont susceptibles de s’y enchevêtrer ou d’en ingérer.

20. La propagation d’algues toxiques : le nombre d’espèces d’algues toxiques identifiées par les spécialistes a presque triplé depuis 1984 ; Ces prolifération d’algues augmentent le taux de mortalité des poissons, entrainent la fermeture de plages et des pertes économiques.

21. La réparation des bateaux endommagés par les déchets rejetés en mer est onéreuse. Aplanir une petite bosse sur la coque d’un grand navire peut nécessiter jusqu’à deux jours de travail, ce qui coûte à l’armateur 100 000 dollars américains de réparations et 30 000 à 40 000 dollars en pertes de rendement chaque jour.

22. On a établi que les pertes économiques causées par l’introduction délibérée ou accidentelle d’espèces non-endémiques dans l’Océan s’élèvent à des centaines de millions de dollars américains.

Sources

N°14: World Summit on Sustainable Development 2002 – A Guide to Oceans, Coasts and Islands
N°15; 22: GESAMP (Group of Experts on Scientific Aspects of Marine Environmental Protection) Report 71 – Protecting the Oceans from Land-based Activities-2001
N°16: UNEP GPA – Pollution from the land 2001- Global Plan of Action brochure
N°17: UNEP/GPA 2006 –The State of the Marine Environment – Trends and processes
N°18: UNEP – Marine and coastal Ecosystems and Human Well-Being – Report Millennium Ecosystem Assessment
N°19; 21: US Environmental Protection Agency
N°20: FAO newsroom